L’Arabie saoudite cherche à la réduction de sa dépendance aux revenus pétroliers.
Riyad, hôte de la Journée mondiale de l'environnement

Les Nations Unies ont franchi une étape importante vers la préservation de l'environnement en organisant la première réunion sur l'environnement à Stockholm, en Suède, en 1972. C’est pour ça que le 5 juin a été choisi par cette organisation comme Journée internationale de l'environnement. En cette année 2024, selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement, la ville de Riyad, située en Arabie saoudite, sera l’hôte de cette réunion. Le thème choisi de cette année se concentre sur « la restauration des terres, le renforcement de la résistance à la sécheresse et la lutte contre la désertification ». Dans cet article, nous allons examiner certaines actions de l'Arabie saoudite en tant que pays hôte dans le domaine de l'environnement et raconter les faits sur la base de divers articles. 

La position de l'Arabie saoudite en matière d'environnement

En raison de sa situation géographique, l’Arabie saoudite est confrontée aux défis environnementaux tels que la désertification et les tempêtes de sable menaçant l’économie de ce pays. A titre d’exemple, chaque année, le royaume d'Arabie saoudite paie 13 milliards de dollars à cause de tempêtes de sable. Ce phénomène aboutit à la diminution de la qualité de l’air et menace la vie des habitants. C’est pour ça que ce royaume a dressé les plans afin de créer une réforme dans le domaine de l’environnement. 

En 2021, l’Arabie saoudite a lancé le forum de « l’initiative verte saoudienne ». Celle-ci engage le Royaume à lutter contre le changement climatique et à accélérer les efforts afin de protéger l’environnement pour les générations futures à l’échelle nationale et régionale (au Moyen-Orient).

 

Voici les objectifs de « l'initiative verte saoudienne » à l’échelle nationale et régionale  :

  • Planter 10 milliards d'arbres en Arabie saoudite et 50 milliards d'arbres au Moyen-Orient ;
  • Réduire les émissions de dioxyde de carbone au Moyen-Orient de 60 % ;
  • Utiliser des sources renouvelables pour produire 50% de l'électricité dans ce pays d'ici 2030 ;
  • Recycler 94% des déchets qui vont maintenant à la décharge ;
  • Les aires protégées sont passées à plus de 30 % (y compris les écosystèmes marins et côtiers) ;
  • Réduire plus de 130 millions de tonnes d'émissions de carbone grâce à la technologie des hydrocarbures propres ;
  • Atteindre zéro émission nette d'ici 2060 ;
  • Atteindre plus de 278 millions de tonnes par an en réduisant les émissions de carbone d'ici 2030 ;
  • Le Royaume rejoindra le Global Methane Pledge pour contribuer à réduire les émissions mondiales de méthane de 30% d'ici 2030 ;
  • Fournir de la nourriture à plus de 750 millions de personnes dans le monde grâce à cette initiative.

L’Arabie saoudite cherche à la réduction de sa dépendance aux revenus pétroliers. En particulier, ce pays veut jouer le premier rôle au Moyen-Orient dans la coordination des réponses régionales aux crises telles que les conflits et la faim en passant par le changement climatique.

Neom

Ce projet de ville nouvelle futuriste a été lancé par le prince héritier, Mohammed ben Salmane, en 2017. L’Arabie saoudite vise à réduire son dépendance au pétrole. Ce projet de 500 milliards de dollars constitue l’un des projets du plan Vision 2030 dans la province de Tabuk, dans le Nord-Ouest du pays. Neom s'étend sur 170 km entre la mer Rouge et des montagnes culminant à plus de 2 500 m, à proximité de la Jordanie, de l'Égypte et d'Israël.

The Line, l’un des projets de Neom, pourra à terme accueillir 9 millions de personnes et sera construite sur une superficie de seulement 34 kilomètres carrés. Ce projet est conçu de telle sorte qu'il n'y ait ni voitures ni rues, et que la ville n'émette pas de carbone.

L’Oxagon, l’autre projet de Neom, est un centre industriel flottant sur l’eau d’une longueur de 7km qui détiendra le record de la plus grande ville flottante du monde. Dans ce centre, les Saoudiens auront des plans visant à la restauration de récifs coralliens.

 

Dans « De l'autre côté des Verts saoudiens », lisez quelques actions contre l'environnement en Arabie saoudite.

COMMENT

The best of Tired Earth delivered to your inbox

Sign up for more inspiring photos, stories, and special offers from Tired Earth