Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à amplifier la voix des femmes autochtones, essentielle à la réalisation d'un avenir juste pour tous les peuples.
Le travail des femmes autochtones pour préserver les connaissances traditionnelles célébré lors de la Journée internationale

Il a lancé cet appel dans un message à l'occasion de la Journée internationale des populations autochtones, célébrée chaque année le 9 août.

Cette année, l'accent est mis sur le rôle des femmes autochtones dans la préservation et la transmission des connaissances traditionnelles.

Des championnes de la culture

« Les femmes autochtones sont les gardiennes des connaissances sur les systèmes alimentaires et les médicaments traditionnels. Elles sont les championnes des langues et des cultures indigènes. Elles défendent l'environnement et les droits humains des peuples autochtones », a déclaré M. Guterres.

« Pour construire un avenir équitable et durable qui ne laisse personne de côté, nous devons amplifier la voix des femmes autochtones ».

Le savoir traditionnel autochtone peut offrir des solutions à de nombreux défis mondiaux communs, a déclaré le chef de l'ONU, rappelant sa récente visite au Suriname, où il a appris comment les communautés protègent la forêt tropicale et sa riche biodiversité.

M. Guterres a exhorté les pays à mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, qui a fait date, et à promouvoir les connaissances traditionnelles autochtones pour le bénéfice de tous.

PAM/Nelson Pacheco. Guatemala. Personnel du PAM Deborah Suc

Nous sommes semblables 

À l'occasion de la Journée internationale, le Programme alimentaire mondial (PAM) a mis en avant les contributions de certains de ses employés issus de communautés autochtones.

Deborah Suc, agronome au Guatemala, est la première femme issue du groupe ethnique Poqomchi à obtenir un diplôme universitaire.

Elle travaille comme technicienne de terrain du PAM dans la municipalité de San Cristóbal, qui se trouve dans le département d'Alta Verapaz, dans le centre-nord du Guatemala.

Elle soutient la mise en œuvre d'activités de résilience dans les communautés indigènes Poqomchi et Q'eqchi' en vue de réduire la pauvreté et la faim. Son travail consiste à animer des ateliers, à diriger des réunions ou à rendre visite aux familles à leur domicile.

« Lorsque les femmes me voient conduire la voiture et que je sors habillé de mon costume, elles sont surprises et disent : « Nous savions que vous parliez poqomchí, mais nous ne savions pas que vous étiez l'un des nôtres. Je leur dis que nous sommes les mêmes et que nous pouvons tous faire des choses différentes ».

La façon dont Mme Suc est traitée à San Cristóbal est à des années-lumière de son expérience à l'université, où certaines personnes faisaient des blagues grossières à ses dépens.

PAM/Nelson Pacheco. Guatemala. Personnel du PAM Deborah Suc

Fierté et préjugés 

Malheureusement, la discrimination n'a pas pris fin lorsqu'elle a obtenu son diplôme de maîtrise.

« Lorsque je me rends à certains endroits avec mon costume, on me dévisage avec des expressions méprisantes. À une occasion, alors que j'attendais de commencer un atelier dans une institution gouvernementale liée à l'éducation, une personne s'est approchée de moi pour me remettre la vaisselle sale parce qu'elle pensait que j'étais la personne chargée du nettoyage. Il a été très surpris lorsqu'il a appris que j'allais animer l'atelier », se souvient-elle.

« Avant, j'étais très affectée par la façon dont ils me voyaient, mais maintenant je ne prends pas le temps d'y prêter attention parce que je me sens très fière de qui je suis, de la maman et du papa que j'ai, de la personne que je suis maintenant ».

PAM/Nelson Pacheco. Guatemala. Personnel du PAM Deborah Suc

Le respect de tous 

Mme Suc avait toujours travaillé en dehors de sa municipalité, mais maintenant qu'elle est revenue à San Cristóbal, elle dit que « c'est une satisfaction de travailler pour mon peuple ».  Elle est également fière d'être une source d'inspiration pour sa communauté.

« Rien ne me rend plus heureuse que de savoir que je peux inspirer d'autres personnes et leur dire : "Regardez, si nous n'avons pas eu la chance d'étudier, maintenant, avec ces formations, vous allez avoir d'autres compétences, vous allez apprendre d'autres choses », a-t-elle déclaré.

A l'occasion de la Journée internationale, Mme Suc souhaiterait que ses collègues sachent que les peuples indigènes ont des principes et des valeurs, et qu'ils ont un grand respect pour la nature, ce qui signifie à son tour le respect des personnes.

« J'aimerais qu'ils apprennent que nous avons beaucoup de respect pour la valeur de la parole, que nous avons de nombreuses valeurs culturelles et que nous sommes des gens qui aiment aller de l'avant », a-t-elle indiqué.

« En outre, beaucoup des choses négatives qui sont dites sur les peuples autochtones ne sont pas vraies. Le fait est que nous n'avons pas eu les opportunités, mais quand nous les avons eues, nous avons été capables de faire beaucoup de choses », a-t-elle ajouté.

 

Source : news.un.org

COMMENT

B Brigitte Colman

Les travaux des femmes autochtones peuvent améliorer la condition de notre vie écologiquement et traditionnellement. Les traditions nous permettent de choisir le bon chemin.

il y a 8 mois

COMMENT


Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth