Les plantes invasives peuvent être un véritable fléau pour certaines espèces végétales ou animales, mais les grands herbivores pourraient bien nous aider à lutter contre celles-ci.
Insolite : Les grands herbivores nous aident à lutter contre les plantes invasives

Les plantes invasives représentent une grande menace pour la diversité, notamment au niveau des espèces végétales. Toutefois, les grands herbivores comme les éléphants ou les buffles contribuent grandement à préserver les écosystèmes de cette menace d'après une étude menée en Inde.

Les plantes invasives menacent de nombreuses espèces

Certaines espèces, végétales ou animales sont propres à leur milieu, c'est-à-dire que celles-ci se sont répandues naturellement dans certaines régions du monde en raison de conditions favorables à leur développement. Toutefois, d'autres espèces sont dites « exotiques », c'est-à-dire que celles-ci ont été introduites dans un milieu ou une région par une activité humaine, volontairement ou non. D'après les experts, pas moins de 37 000 espèces exotiques sont présentes dans le monde dont au moins 3 500 sont considérées comme des espèces exotiques envahissantes, c'est à dire que celles-ci nuisent au milieu dans lequel elles se développent.

Parmi les 10 espèces envahissantes les plus répandues dans le monde, sept sont des plantes. La Jacinthe d'eau, le lantanier, le faux mimosa, le ricin commun, l'ailante glanduleux, le robinier faux-acacia et l'herbe du Laos accaparent les ressources des milieux dans lesquels elles se développent et transforment l'habitat d'autres espèces, contribuant parfois à leur extinction. On estime que les espèces invasives contribuent à 60% des extinctions dans le monde.

L'Homme peut agir de plusieurs façons contre ce type de fléau, notamment en utilisant la prévention comme le fait d'éviter de transporter des graines ou des spécimens susceptibles d'envahir et de nuire à un milieu. Mais l'Homme peut également tenter de rendre certains écosystèmes plus résilients face à la menace des espèces végétales invasives.

Une étude publiée dans la revue Nature Ecology et Evolution à la fin du mois d'août 2023, réalisée par des chercheurs de l'université d'Aarhus au Danemark et du Wildlife Institue of India a également mis en avant l'influence de certaines espèces d'herbivores sur ces plantes invasives, une influence qui se montre d'ailleurs très positive.

Les bienfaits des grands herbivores

En s'appuyant sur les données issues du grand recensement quadriennal de la faune indienne et sur le programme de surveillance des plantes, cette étude a démontré une corrélation positive entre le nombre d'herbivores de plus d'une tonne et l'équilibre entre les espèces végétales. En d'autres termes, la présence de grands herbivores dans un milieu semble favoriser un équilibre entre les plantes et limitera fortement les effets néfastes des espèces invasives.

Si il est difficile avec les données disponibles d'établir une réelle relation de cause à effet, les scientifiques en charge de l'étude interprètent ce résultat de plusieurs façons. Les grands herbivores présents en Inde (éléphants, rhinocéros, buffles d'Asie ou bisons indiens) piétinent les plantes envahissantes dans leur milieu, empêchant donc leur prolifération. Ceux-ci en consomment également un grand nombre, ce qui empêche que ces plantes envahissantes ne prennent le dessus sur les autres espèces déjà présentes en se développant de façon incontrôlable.

A l'inverse, les plantes locales et endémiques se sont développées en cohabitant avec ces mêmes grands herbivores et sont donc « habituées » au piétinement et au grignotage, elles se sont adaptées au fil de leur évolution pour résister bien plus franchement à ces animaux de grande taille qui dans certains cas dispersent également leurs graines. Cet aspect bénéfique des grands herbivores est d'ailleurs également visible dans d'autres régions du monde. En Hongrie par exemple, il a été démontré que le buffle d'Asie éloigne le solidage géant, une espèce très invasive importée en Europe pour la beauté de ses fleurs. La Highland d'Ecosse (race bovine) est également utilisée au Danemark pour lutter contre le rosier rugueux, une espèce également considérée comme invasive.

Cette étude, corrélée à d'autres exemples à travers le monde, permet donc de dégager des aspects potentiellement très bénéfiques dans la lutte contre des espèces végétales invasives. Si celle-ci semble plus efficace avec des grands herbivores comme c'est le cas en Inde, elle pourrait également être affectée à des espèces moyennes et petites comme les cerfs, les bovidés ou même les chevaux. Toutefois, d'autres recherches seront encore nécessaires pour confirmer cette hypothèse et l'appliquer à plus grande échelle, comme sur le continent européen où les espèces invasives sont parfois très problématiques.

Source: tameteo.com

COMMENT

B Brigitte Colman

La chîne alimentaire est très important... Toujours l'équilibre aide à faire sauver de toutes les espèces.

il y a 2 mois

COMMENT


A Antoin Perrin

L'équilibre est nécessaire en tout... J'espère que les humains ne perturberont pas cet équilibre en tuant des animaux.

il y a 2 mois

COMMENT


Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth