Une des solutions est de limiter voire d'enrayer la production de plastiques et de produits en plastiques.
Interview de Claudine Cordani, écojournaliste et écrivaine

Cette interview a été réalisée par Brice Garreau

 

Moins de plastique à terre, moins de plastique en mer, qu'en pensez-vous ?

Je vais plus loin : moins de plastique tout court, moins de plastique partout – dont en mer. L'Inde en a interdit l'utilisation voilà deux ans.

Le plastique contribue à la crise climatique, c'est possible ?

Oui, le plastique y contribue. Produire à outrance des objets dans une matière polluante à tous niveaux de sa conception et énergétivore dans sa réalisation participe grandement à la crise climatique. Une des solutions est de limiter voire d'enrayer la production de plastiques et de produits en plastiques. Il en existe de plusieurs sortes.

Quelle sont les solutions au niveau mondial pour lutter contre la pollution plastique ?

Je vois une réponse globale puisqu'écoféministe. Pour lutter contre la pollution plastique, il est urgent de cesser d'en fabriquer. C'est-à-dire de revenir à des contenants plus bruts, que chaque pays peut fabriquer chez lui selon les matériaux à sa portée. La réponse ne peut être que liée à une décroissance et à de nouvelles pratiques de consommation et de production locales. Encore une fois, tout est lié dans cette histoire.

Vers un plan global pour limiter la pollution plastique: pourquoi les gouvernements des pays développés traitent-ils le tiers-monde comme leur poubelle ?

Je pense que les gouvernements des pays dits développés traitent ce qu'on appelle le tiers-monde comme une poubelle pour plusieurs raisons. L'homme blanc et “civilisé” s'est toujours cru au-dessus des autres. L'Histoire nous l'a montré, malheureusement à maintes reprises avec l'esclavagisme... L'Histoire nous le montre toujours avec la progression régulière du fascisme dans plusieurs pays, l'esclavage qui n'est pas fini. Entre autres. Je pense que l'homme blanc, raciste, sexiste croit qu'il détient le pouvoir sur autrui. Sur des personnes qu'il considère "faibles". Les femmes comme les immigré.e.s en font partie. Voilà pourquoi on les exploite. Je pense que nous devons radicalement changer de modèles à tous les niveaux pour remettre les choses en place. (suite) Je pense que la façon dont on traite les gens résulte des politiques menées. Et ceci expliquant cela... Ça vous suffit ? Non, c'était en 2020 pour l'Inde. Donc, cela fait 3 ans.

COMMENT

A Antoine

Cet interview est très interressant et ça nous propsoe de nouvelles voies.

il y a 8 mois

COMMENT


Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth