D'après les données de l'Avex, la pollution lumineuse a largement régressé en France ces derniers mois après s'être au contraire accentuée depuis environ une décennie, ce qui est une bonne nouvelle !
La crise énergétique a au moins un effet bénéfique : réduire la pollution lumineuse en France

Observer un ciel nocturne limpide est devenu particulièrement difficile ces dernières années en France, notamment aux abords des grandes agglomérations. La crise énergétique, malgré ses nombreux effets néfastes sur notre quotidien, a toutefois le mérite d'avoir amélioré la pollution lumineuse nocturne sur notre pays.

La pollution lumineuse : néfaste et coûteuse

Sur les douze dernières années, la luminosité de notre ciel nocturne aurait augmenté de quasiment 10% par an à travers le monde, dont en France, et ce malgré les politiques mises en œuvre pour justement lutter contre ce type de pollution. 

Cette pollution lumineuse nocturne s'avère néfaste pour les astronomes amateurs, notamment aux abords des grandes agglomérations où il est devenu difficile d'observer les étoiles. A Paris, Lyon, Marseille ou Bordeaux, il n'est possible d'observer qu'entre 0 et 50 étoiles en pleine nuit, même sous un ciel limpide, ce qui est particulièrement peu comparé au 3000 à 5000 étoiles observables dans le parc naturel régional de l'Aubrac par exemple.

Celle-ci a également des impacts sur la qualité de notre sommeil, en réduisant la sécrétion de mélatonine (hormone du sommeil), ce qui influe directement sur notre santé en augmentant la fatigue et le stress. 

Outre cet aspect néfaste pour les passionnés de ciel étoilé et pour notre santé, la pollution lumineuse est également une véritable plaie pour la biodiversité. C'est par exemple le cas pour les oiseaux migrateurs, qui chaque année sont attirés par millions dans nos villes en raison de la lumière artificielle. L'éclairage nocturne de nos villes devient alors un piège mortel pour ceux-ci et engendre des millions de victimes chaque années.

En octobre 2023, 1000 oiseaux migrateurs avaient d'ailleurs été retrouvés morts au pied d'un immeuble de Chicago, ces derniers ayant percuté les vitres du bâtiment éclairé durant la nuit. 

 

Cette régression est notamment due à la crise énergétique et économique que subit notre pays, qui incite à diminuer ses dépenses en matière d'électricité, tant au niveau des professionnels qu'au niveau des particuliers. Aujourd'hui, de nombreuses petites communes françaises éteignent leur éclairage nocturne après 23h/00h alors que les moyennes le diminuent, ce qui est une très bonne nouvelle en terme de pollution lumineuse. 

Mais celle-ci est également engendrée par les nouvelles réglementations de l'état français concernant les publicités lumineuses et les sanctions qui ont été renforcées en fin d'année dernière à ce niveau. Ainsi, le constat est aujourd'hui bien plus encourageant que durant la dernière décennie avec une pollution lumineuse s'étant parfois drastiquement réduite sur certaines régions françaises.

 

D'autres secteurs restent toutefois encore bien trop éclairés, comme Paris, qui est aujourd'hui plus lumineuse que Londres alors que la capitale française est la plus petite des deux ou encore le port du Havre qui a été qualifié de « suréclairé » par les astronomes de l'Avex. Néanmoins, la situation s'est largement améliorée depuis l'année dernière à l'échelle du pays à cause notamment de la crise énergétique, reste à espérer que cette tendance persiste à l'avenir. 

Source: tameteo.com

COMMENT

The best of Tired Earth delivered to your inbox

Sign up for more inspiring photos, stories, and special offers from Tired Earth