Découvrez notre interview d'Achille Mahé, expert, chercheur et associé du Centre de recherche et d’informations pour le désarmement et la sécurité.
Tired Earth : La courte interview d'Achille Mahé, chercheur et associé du CRIDS

Cette interview a été réalisée par Melania Giordano
Photo éditée : ©Tired Earth France

 

Pourquoi certains gouvernements n'acceptent-ils pas le désarmement nucléaire mais se considèrent-ils comme des défenseurs de la paix ?

Ils n’acceptent pas le désarmement nucléaire pour ne pas perdre « leurs gros muscles » aux yeux du monde. Aucun d’entre eux n’est prêt à faire le premier pas de peur de perde l’avantage stratégique induit par la possession de celle-ci. L’arme nucléaire est également un moyen de montrer sa maitrise technologique et militaire dans un domaine très pointu.

Ils se considèrent en effet comme des défenseurs de la paix expliquant que l’arme nucléaire est un pare feu à une troisième guerre mondiale et qu’elle apporte la stabilité mondiale. Constat étonnant au regard des nombreux conflits qui ont lieu sur le globe.

Chacun de ces 9 états est impliqué directement ou indirectement dans un conflit tuant des civils, l’Afghanistan [USA], Syrie [Russie], Cachemire [Inde/Pakistan], Sahel [France] et de en plus en plus la Chine avec des intrusions militaires importantes envers Taiwan, Palestine/Israël, sans oublier les nombreux conflits intra-étatiques… Où est la fameuse paix mondiale qu’ils défendent tant ?

Les pays qui produisent des armes nucléaires sont partisans de l'environnement. Est-il possible?

En matière d’environnement c’est le bal de l’hypocrisie !

Ces pays qui détiennent et modernisent leurs armements nucléaires font partis des plus gros pollueurs de la planète. Les essais nucléaires ont encore aujourd’hui des répercussions… Leurs entretiens et leurs modernisations demandent toujours des quantités de matière première non négligeable alors que l’on sait très bien actuellement que la sobriété et l’utilisation des ressources doivent être au cœur des préoccupations de l’humanité. Dernier point, les dépenses mondiales pour l’armement nucléaire sont évaluées à 72 milliards de dollars par an…

Cette argent pourrait être utilisé autrement compte tenu de l’urgence climatique et des défis qui attendent le monde, déforestation massive, agriculture intensive, pénurie d’eau, canicule, ouragan etc….

Quel est le devoir des nations de désarmer les politiciens belligérants ?

[sourire] En effet on peut se demander que peuvent faire les nations face des politiciens de plus en plus instables, Donald Trump, Vladimir Poutine, Kim Jong-un, Xi Jinping peuvent en effet donner des sueurs froides au monde. Pour autant de nombreuses nations plaident en faveur du désarmement nucléaire.

L’ONU y travaille, António Guteress secrétaire général des Nations Unies à l’ouverture de l’Assemblée général du 28 septembre marquant la journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires déclarait : « L’anéantissement de l’humanité ne tient qu’à un malentendu ». Les nations entendent ce message, c’est déjà ça ! L’Afrique avec le traité de Pelindaba sous l’égide de l’organisation de l’unité africaine á créé une zone exempte d’armes nucléaires, tout comme l’Amérique latine, les Caraïbes, le Pacifique Sud, L’Asie du Sud-Est et L’Asie centrale. Preuve que les nations sont conscientes des risques de l’arme nucléaire, elles possèdent une voix et il faut les écouter dans un monde multilatéral si on veut bien faire confiance au multilatéralisme dans ce qu’il a de positif. Il y a également les traités bipartites relatifs au TNP.

Comment pouvons-nous avancer vers un avenir sans armes nucléaires ?

L’espoir… oui un mot qui peut prendre beaucoup de valeur ! L’espoir en la jeune génération qui souhaite un monde différent où l’humanité ne risque pas de disparaitre sous les bombes nucléaires entrainant la disparition des animaux qui n’ont rien demandé…

Cet espoir d’avenir sans armes nucléaires est possible par la mobilisation des citoyens de tous âges, la coopération des ONG et des institutions.

Un traité est entré en vigueur le 22 janvier 2021 : le TIAN {Traité d’interdiction des armes nucléaires} il interdit aux pays de développer, de tester, de produire, de fabriquer, de transférer, de posséder, de stocker, d’utiliser ou de menacer d’utiliser des armes nucléaires. En date du 23 septembre 2021, 86 états ont signé le traité et 56 l’ont ratifié. C’est une belle preuve d’espoir, c’est aussi mon choix d’engagement avec le CRIDS [Centre de recherche, d’information pour le désarmement et la sécurité] de promouvoir par des actions, des collaborations, de l’informations un chemin vers la paix et l’envie de voir un monde sans armes nucléaires.

 

Achille MAHE

Chercheur du CRIDS

Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth