Au mois de février, une campagne de sensibilisation contre une nouvelle pollution mortelle a été lancée : la lutte contre la pollution générée par les masques usagés jetés dans la nature.
Maskuary : relevez ce défi « tout au long de l'année 2021 » !

À cause de la pandémie de Covid-19, il y a eu une augmentation visible de l'utilisation de masques jetables, de gants et d'autres équipements de protection individuelle (EPI). Chaque jour, de nombreuses personnes jetaient leurs masques dans les rues.

La pollution des masques est un problème grave pour l'environnement et l'écosystème.

Maskuary : qu’est-ce que c’est ?

Le défi de « #Maskuary » est un mouvement mondial qui sensibilise les gens à faire partie de la solution pour lutter contre la pollution générée par les masques jetables. Le mot Maskuary est un mot-valise formé par la fusion de deux mots anglais : Mask (masque) et February (le mois de février). Le défi de Maskuary appelle à renforcer la sensibilisation aux risques sanitaires que représente la pollution des masques jetables et à contrôler de près la situation dans les villes.

Chaque être humain absorbe en moyenne 5 grammes de plastique chaque semaine !

La campagne Maskuary a pour objectifs :

  • De sensibiliser le grand public aux dangers des masques usagés jetés dans la nature pour l’environnement.
  • De sensibiliser le grand public à des milliards de masques abandonnés dans la nature.
  • De ne pas jeter les masques usagés dans les rues, dans la nature, sur la voie publique ou dans les poubelles jaunes.
  • De trier les masques usagés à la maison ou dans le lieu de travail.
  • De ramasser les masques jetés par terre.
Maskuary

400-450 ans !

Il faut 400-450 ans à un masque chirurgical pour se décomposer dans la nature. Ils sont faits en polypropylène, c’est un dérivé du pétrole qui est utilisé précisément pour sa résistance au temps, aux chocs et aux températures.

10 000 000 de masques tous les mois !

Le groupe Tired Earth en tant qu’une association de défense de l'environnement alerte sur les masques jetés dans la nature qui représentent un vrai danger pour les écosystèmes et la santé animale et humaine. Tous les jours 129 milliards de masques sont utilisés. Selon le WFF, si 1 % de ces masques ne seraient pas jetés dans les poubelles, ce sont 10 000 000 qui seraient dispersés dans la nature tous le mois.

Des millions d’animaux de plus de 370 espèces du monde entier mangent du plastique !

Participation à la campagne Maskuary

Maskuary a réuni de nombreuses personnes de différents pays (France, États-Unis, Bénin, RD Congo, Hong Kong, Côte d'Ivoire, Togo, Inde, Chine, Afrique du Sud, etc.) pour sensibiliser le grand public aux risques liés à la pollution générée par les masques jetables.

Démortates pour la planète, Tired Earth et Cleanwalker Paris ont convoqué une réunion spéciale pour combattre le fléau des masques jetés dans la rue

Bouchra Sirsalane, conseillère municipale, membre du comité des Démocrates et administratrice du CCAS de Puteaux, l’ONG Tired Earth France et Cleanwalker Paris, Alix Dewatre, ont eu une belle opération « cleanwalk » dimanche 28 février à partir de 14h à Paris sur le canal Saint-Martin.

Le geste sani-terre, c'est pas par terre !

Un masque met plus de 400 ans avant de se dégrader. En attendant, il pollue tout l'environnement.

Maskuary

Alix Dewatre nous parle de cette campagne

« Nous étions une trentaine de personnes - une bonne mixité entre hommes et femmes (6 groupes de 5, dont un enfant). Chez Cleanwalker, nous divisons les participants par groupe pour éviter les attroupements. »

Maskuary

« Donc les 5 personnes mènent leur propre chemin vers le lieu de RDV - qui était à 450m du square Frédérick Lemaître. Chacune des personnes est habituellement responsable d'un type de déchets (ordures ménagères, verres, recyclables, mégots et COVID). Cette fois-ci nous avons fait trois poubelles : verre, recyclables et les autres. En effet, les mégots et COVID ne peuvent être réutilisés ...

En plus d'une heure et différents itinéraires, nous avons accumulé une bonne quantité de sacs bien remplis. L'avantage est que nous étions au Canal St Martin et que cet après-midi, il faisait beau, donc beaucoup de parisiens au bord du canal. Surtout des jeunes. Il y a une quantité excessivement importante de mégots à terre. »

Bouchra Sirsalane, conseillère municipale, membre du comité des Démocrates et administratrice du CCAS de Puteaux avec Alix Dewatre, cleanwalker Paris pour combattre le fléau des masques jetés

« Quelques masques, canettes, bouteilles en plastiques, ... sont les déchets habituels dans le paysage parisien. La mairie de l'arrondissement est informée à l'avance de notre ramassage et nous donne le lieu où nous pouvons déposer nos sacs, une fois le ramassage terminé. »

Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth